Quand un senior est en situation de perte d’autonomie, son domicile peut devenir un véritable nid à dangers. Car les risques pour sa santé sont exacerbés : douche glissante, escaliers escarpés, luminosité faible… Chaque pièce et équipement du logement doivent être passés au peigne fin. Cela tombe bien, car c’est ce que nous vous proposons de faire dans cet article ! Vous saurez ainsi tout ce qu’il faut savoir pour adapter son logement pour une personne âgée. Le plus : nous parlerons aussi des aides financières et des solutions modernes pour sécuriser l’habitation (comme la téléassistance).

Pourquoi adapter son logement quand on est senior ?

Un accident à domicile est si vite arrivé ! Surtout quand on est âgé et (potentiellement) en perte d’autonomie. Pour rappel, la perte d’autonomie désigne un état de dépendance physique et/ou psychologique (partiel ou total).

La dépendance peut aller jusqu’à remettre en question le choix du maintien à domicile de la personne âgée. Surtout lorsqu’elle se conjugue à une habitation vétuste, où le danger peut être partout. Avant de décider de quitter le logement pour rejoindre un établissement médicalisé, nous vous invitons à prendre le temps d’étudier le domicile et de voir s’il est possible de le sécuriser davantage.

Car il faut diminuer autant que possible les risques d’exposition au danger (même si le risque zéro n’existe pas, bien entendu). La chute, surtout, représente un danger à prendre en compte au maximum. Car une mauvaise chute peut avoir de très graves conséquences : traumatismes, fractures, perte de connaissance, et même décès.

Quelles sont les pièces à adapter en priorité ?

La décision du maintien à domicile est prise ? Ou du moins, vous souhaitez retarder au maximum l’entrée en EHPAD ? Dans ce cas, il vous faut faire un état des lieux du logement du senior, pièce par pièce. L’objectif : sécuriser autant que possible l’habitation de la personne âgée.

Nous vous résumons les endroits qui doivent appeler à la plus grande vigilance :

  • Les escaliers : le risque de tomber dans les escaliers est d’autant plus grand pour une personne âgée (c’est mieux si toutes les pièces peuvent être accessibles de plain-pied).
  • La salle d’eau : la douche et les toilettes sont par définition des pièces humides et souvent glissantes (veillez à ce qu’elles soient bien éclairées et aérées).
  • La cuisine : cette pièce peut aussi s’avérer glissante, en plus de contenir des outils potentiellement dangereux (couteaux, poêles, four, etc.).
  • La chambre à coucher : le lever et le coucher sont des moments à risque pour de nombreux seniors, car le risque de chute y est important (faites très attention aux éventuels tapis présents : on ne doit pas s’y prendre les pieds).
  • Le salon : en tant que pièce incontournable, le salon doit être passé au peigne fin afin de lever les dangers potentiels (là aussi, veillez à ce que les tapis ne soient pas glissants).
Adaptation du logement d'un senior

Diagnostiquer l’habitation de la personne âgée, c’est bien. Faire les travaux pour l’adapter, c’est mieux. Au besoin, faites-vous conseiller par un professionnel afin d’être sûr de prendre les bonnes décisions.

Voici les actions prioritaires à faire si vous voulez adapter un logement à la perte d’autonomie :

  • Sécuriser les pièces à risque : la salle de bain, les toilettes, la cuisine, la chambre à coucher et le salon doivent être revus intégralement (enlevez les outils dangereux dispensables et installez des poignées et autres équipements de sécurité comme la douche et les WC pour senior par exemple).
  • Sécuriser les escaliers : main courante, monte-escalier, marches anti-dérapantes… Vous n’avez que l’embarras du choix pour diminuer les risques de chute dans cet endroit particulièrement dangereux.
  • Sécuriser l’éclairage : le manque de lumière est un facteur de risque énorme dans toutes les pièces du domicile (dépoussiérez ou revoyez les lampes et la façon de les allumer).
  • Sécuriser les outils dangereux : tapis glissants, toilettes qui fuient (et sans main courante !), outillage de jardin… Autant d’objets dangereux à éviter, voire à bannir si possible.

Quelles sont les aides auxquelles vous avez droit pour aménager votre logement ?

En fonction des travaux engagés, adapter son logement pour une personne âgée (et pour sa perte d’autonomie !) peut s’avérer coûteux. Heureusement, il existe en France plusieurs types d’aides financières.

L’Anah (pour Agence nationale de l’habitat) est un organisme qui peut verser des aides financières si vous améliorez le domicile pour faire face à la dépendance. Par exemple dans les cas suivants : ajout d’une rampe d’escalier, installation d’une douche sécurisée, rénovation de l’éclairage. Ces aides sous condition de ressources sont destinées aux seniors qui occupent ou qui louent un logement daté de plus de 15 ans. Dans ce cas, les allocations peuvent prendre en charge jusqu’à 50 % du montant des frais engagés (plafonné à 20 000 euros HT).

D’autres organismes peuvent vous aider (financièrement ou sous forme de conseils) pour adapter un logement à la perte d’autonomie. Nous pouvons notamment citer :

  • L’ADIL (l’Agence Départementale pour l’Information sur le Logement)
  • Le PACT ARIM (Association de Restauration Immobilière)
  • La CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse).

Adapter son logement pour une personne âgée : avez-vous pensé à la téléassistance ?

Avez-vous entendu parler de la téléassistance avec un détecteur de chute automatique ? Il s’agit d’une solution idéale pour compléter des travaux d’aménagement du domicile. Avec ce type de dispositif, la personne âgée est sécurisée de jour comme de nuit et 7j/7.

Pour en savoir davantage sur cette solution, il vous suffit de cliquer ci-dessous.

Retrouvez, en quelques questions, un résumé de notre article

  • Comment adapter son logement pour une personne âgée ?

    Voici les principaux leviers d’action :

    • Anticiper les risques en fonction de l’état de santé de la personne âgée
    • Faire un diagnostic complet de chaque pièce de son logement
    • Sécuriser les pièces à risque et les escaliers
    • Réaliser des travaux d’aménagement du domicile (si nécessaire)
    • Revoir l’éclairage s’il est insuffisant
    • Enlever les objets dangereux
    • Utiliser la téléassistance
  • Quels sont les équipements nécessaires pour le maintien à domicile ?

    Les équipements favorisant le maintien à domicile sont aussi nombreux que variés. Ils dépendent surtout du degré de dépendance de la personne âgée en question. Nous pouvons notamment citer (liste non exhaustive) :

    • Les douches pour seniors
    • Les WC sécurisés
    • Les marches anti-dérapantes
    • Les monte-escaliers
    • Les solutions de téléassistance